Culture

Nouvel an lunaire vécu par un Français

Maxime Colin
| No. 2 | Posted on 18th Aug 2016

Le Nouvel an lunaire à Taïwan, c’est un peu comme le nouvel an lunaire en Chine... Mais à Taïwan, les gens ont une telle générosité et une telle bonté que les choses sont toujours un peu magiques !

Le nouvel an lunaire, c’est sans aucun doute la fête la plus importante de l’année. La date dans notre calendrier habituel dépend du calendrier lunaire. Les Taïwanais ont en général 6 jours de congés payés par an, et il est coutume de les prendre pendant le nouvel an. C’est un moment que l’on passe en famille, où l’on prie, où l’on célèbre. C’est aussi le seul moment de l’année où le petit restaurant de nouilles du coin est fermé. Quelle surprise !

Pour moi qui ai habité dans une fantastique famille taïwanaise pendant près de six mois, j’ai vécu d’assez près les fabuleuses coutumes du nouvel an. La veille du nouvel an au soir, c’est repas en famille tous ensemble, chez les parents du père de famille. Le lendemain à midi, le jour du nouvel an, c’est un nouveau grand repas chez les parents du père de famille, et on se régale en continu ! Cette famille étant d’une tradition bouddhiste modérée, le jour du nouvel an, on ne mange pas de viande. Ceci parce que le bouddhisme pur rejette le fait de tuer les animaux. Et c’est aussi là que les actifs donnent ces fameuses petites enveloppes rouges contenant de l’argent à leurs proches.

L’après-midi, on va d’abord prier dans un superbe temple bouddhiste de Changhua, en allumant un peu d’encens. Cela prend peu de temps... Ensuite on va voir le soleil couchant sur la montagne de Baguashan en buvant un thé aux fleurs. Certains font tout ceci en rajoutant un bain de pied. Et comme souvent à Taïwan, les jeunes ont du mal à décrocher de leur téléphone ! C’est rigolo !

Le deuxième jour de l’an, la tradition veut que l’on aille manger chez les parents de la mère de famille, mais toutes les familles ne le font pas forcément ainsi... Les Taïwanais chrétiens de l’église protestante près de chez moi se rassemblent et m’invitent pour manger un grand repas tous ensemble, car l’Église, c’est un peu comme une seconde famille.

Pendant la semaine du nouvel an, il est aussi très commun d’aller rendre visite aux amis proches de la famille, que l’on n’a pas souvent l’occasion de rencontrer dans le tourbillon bien occupé de l’année.

Exactement 14 jours après le nouvel an (un demi-mois lunaire après), c’est la fête des lanternes (元宵節). Dans la soirée, après un nouveau repas en famille, on se balade pendant près de deux heures dans la ville de Changhua avec nos lanternes en papier, éclairées à la bougie, dans l’hiver doux de Taïwan. On s’arrête parfois près d’un temple. C’est le bon esprit qui emplie cette fête !

Pendant ces quinze jours de célébrations, le gouvernement de Taïwan organise un énorme festival des lanternes, dans un endroit différent chaque année. Feux d’artifices, danses aborigènes, spectacles, créations artistiques et plastiques, petits mausolées de divinités taoïstes, etc... Et tout ça avec un monde fou, mais dans une incroyable bonne humeur !

Taïwan est un grand message de Sagesse. Allez en faire l’expérience, vous en serez comblés !