Politique

La politique à l’ère du numérique

Chen Hung-Ling
| No. 6 | Posted on 19th Aug 2016

Très récemment, une nouvelle tendance est apparue dans la communauté taïwanaise lors des élections de 2014. Les auteurs de ces actions constituent ce qu’on appelle des « troupes d’internautes ». À l’origine, une troupe d’internautes décrivait tout simplement un groupe d’utilisateurs sur Internet, qui travaillait pour une entreprise et qui publiait massivement en ligne des avis favorables pour ses produits. Ce terme était plutôt péjoratif et renvoyait à des actions bien évidemment illégales qui faisaient l’objet d’une amende. Depuis les élections municipales de septembre 2014, ces « troupes » poussent comme des champignons et viennent remodeler les batailles politiques.

À l’époque, la campagne électorale à la capitale opposait l’élu Ko Wen-Je (柯文哲) et son rival Lien Sheng-Wen (連勝文). Ko, politicien amateur très populaire chez les jeunes, était professeur de médecine à l’Université Nationale de Taïwan. En parallèle de la campagne classique, des équipes web se sont mises au travail derrière des écrans : ils produisaient dessins et animations de caricature diffusés en ligne, des slogans et des paroles mis en valeur par un design créatif. La propagation des informations sur Internet par l’intermédiaire de forums et les réseaux sociaux comme Facebook, Twitter et surtout « PTT », un bulletin électronique qui possède une très grande influence sur la société taïwanaise, s’est révélée plus rapide et efficace. Elle a créé plus d’impact chez les jeunes et modifie l’interaction entre les politiques et les citoyens.

D’une part, le peuple a une meilleure compréhension des sujets politiques et participe plus facilement aux débats. D’autre part, les camps politiques reçoivent quasi-instantanément un retour et peuvent se situer dans l’opinion publique. Cette interaction fournit un terrain pour discuter en profondeur des programmes politiques. Cette année, par exemple, les principaux enjeux sont la sécurité alimentaire, le mix énergétique, le plan de stratégie du développement économique, etc.

Cependant, le monde virtuel n’est pas toujours idéal. À l’approche d’élections présidentielle et législative, les candidats ont bien compris la force des internautes et ont ainsi chacun préparé leurs propres troupes au combat sur le web. Ces troupes tentent régulièrement de (mal)mener les débats et les orienter à leur avantage. De plus, la discussion sur Internet peut parfois être déroutante à cause de l’anonymat et les opinions majoritaires masquent les autres voix. En conclusion, le numérique offre plus d’informations et d’initiative aux internautes mais la désinformation n’est jamais loin.